Close

25 juillet 2021

Le vivre ensemble saboté

Dernier article consacré à la crise autoritaire (autant appeler un chat un chat) et ses conséquences sur la fin de mon école de Qi Gong. Suivi par une réflexion sur les bases du vivre ensemble.

Si vos opinions sont différentes, c’est génial car cela veut dire que nos vécus sont différents. Nous pouvons toujours échanger calmement. Au delà d’une opinion, ce qui m’importe en partageant ces lignes est de mettre en lumière les principes sous-jacents.


Déjà le 17e mois où mon entreprise a du répondre aux impératifs du gouvernement. Sans concertation ni évidemment d’autorisation de la part des activités qualifiées de « non-essentielles ».

En conséquence, j’ai vidé ma salle cette semaine, la même semaine que mon anniversaire et l’annonce du laissez-passer « sanitaire » simple passe-droit commercial, des condamnations pénales et années de prison, de la perte du droit de vote inconditionnel de millions de français, d’accès à l’hôpital, du chantage à l’emploi, et autres mesures sans mesure. Ya d’la joie. 🙂

Il y a de l’électricité dans l’air à la moindre opinion différente. Les conditions d’exercice de mon métier se détériorent encore au point d’atteindre pour certains le point godwin

Personnellement, je suis professeur, je refuse de conditionner l’accès à mes cours, quelles que soient les raisons imposées. Ni de participer à toute forme de ségrégation, je n’ai pas à autoriser ou à exclure des participants à mes cours.
Je refuse de participer à une mascarade qualifiée de sanitaire où l’immunité se conçoit à base de « boosters ». Je refuse de contribuer à la mise en place d’une dystopie autoritaire.

LE VIVRE ENSEMBLE :

Le choix de l’un ne peut être imposé à l’autre. Car alors, l’autre pensant comme l’un, déciderait d’imposer son choix autre à l’un.

Voilà à quoi mène la pensée unique, à dicter l’un, à dicter l’autre.

Refuser la pensée multiple, refuser la différence, c’est dicter à l’autre ce qu’il a à faire. C’est refuser le vivre ensemble, le ciment de notre société.

Lorsque nous croyons qu’un choix juste pour nous l’est également pour l’autre, nous sommes aveuglé.

Lorsque nous imposons ce choix à l’autre, on franchit la barrière qui mène à la dictature de l’un sur l’autre.

Aucune justification idéologique ne peut masquer un manque de justesse, ni la perte de mansuétude et de compassion vers son prochain.

Le vivre ensemble se construit d’un accord commun, pas sur la peur, le dénigrement, le harcèlement, ni le chantage.

Si nous nous fermons dès que quelqu’un émet un avis différent, nous passons à coté de la richesse de la différence, de ce qu’elle nous apporte, du message, de l’avertissement qui nous est partagé.

Si tant de gens tirent la sonnette d’alarme ce n’est pas par plaisir ni inconscience. Qu’importe le style, l’élocution, la personnalité de celui qui alerte. Il n’y a jamais de fumée sans feu. Le problème ne vient pas de ceux qui pointent le doigt vers ce qui ne va pas, mais des actes ou des tendances qu’ils dénoncent.

Si nous ne sommes pas capable d’apprécier le retour offert par l’ensemble de la collectivité, nous brisons nous même le vivre ensemble. Si en plus nous imposons l’intelligence de notre point de vu sur les autres, qualifiés d’ignares, irresponsables, égoïstes ? Alors nous perdons toute qualification à prétendre à quoi que ce soit d’intelligent.

Si nous devenons apôtre d’une prétendue solution unique alors nous ignorons comment fonctionne la vie. Il n’y a jamais de solution unique à quoi que ce soit, la vie ne fonctionne pas ainsi. La réalité des faits dévoilera bien vite l’escroquerie.

Je doute que tant de monde voit le monde en noir et blanc. Mais j’aimerais rappeler que de sélectionner seulement les nuances de gris qui nous arrangent est malhonnête avec soi et avec les autres.

• S’il faut obéir pour être en démocratie, est-ce toujours une démocratie ?

• Les coupables c’est toujours le peuple ?
D’où vient ce ruissellement de haine & de mépris envers l’autre ? D’où viennent ces schémas de pensée ? Laisser faire ou rentrer dans ce raisonnement maladif entrainera tout le monde vers des vies de merde.

Quant à l’indifférence de ceux qui se croient à l’abri. Vous vivez également dans ce monde. Nous sommes tous frères et sœurs et vivons en communauté interdépendantes.

L’ACTION INTÉRIEURE DÉFAIT LES CONFLITS

Où en sommes nous à l’intérieur ? Sommes-nous autoritaire avec nous même ? Avec nos habitants intérieur ? Par nos actes et nos pensées, maltraitons-nous estomac et rate ? Nos poumons ? Notre vitalité, les reins ? Dans la gestion de nos activités, pratiquons-nous une forme de chantage avec nous-même pour conditionner notre repos, notre bien-être ? … Ou sommes nous doux, à l’écoute et respectueux des besoins changeant de notre Être afin d’en garantir l’harmonie ?

Microcosme & macrocosme s’influencent et garantissent…

De vivre ensemble en harmonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *