Close

18 juillet 2020

FAUT-IL PLUS D’ÉNERGIE, + DE QI ?

Un « petit » article pour aider à clarifier des notions autour de la pratique du Qi Gong tel que le QI (les souffles, l’énergie) et le JING (essence vitale).

Ainsi que les phénomènes (bizarres ^^) qui apparaissent lors de la pratique, vibrations internes, chaleur, froid, etc. Toutes ces petites choses sur lesquelles on n’a pas toujours d’info sur leurs significations, alors qu’il y en a.

J’évoquerai aussi certains troubles possibles tels que trop d’énergie dans le haut, trop d’excitation mentale-émotionnelle, trop de chaleur, maux de têtes, acouphènes, rétractions & raideurs musculaires, Etc. Il n’y a pas besoin de Qi Gong pour ce genres de phénomènes, mais parfois les activités que l’on fait peuvent amplifier ou faire apparaître ces troubles. Que ces activités soient mentales, sportives, énergétiques, Qi Gong, Yoga, etc.

Nous parlerons de la préparation adéquate à l’art du Qi Gong ainsi que son importance.En espérant que cela vous permettra une vision plus claire de ce qui est mis en mouvement en Qi Gong ou d’autres arts énergétiques. Afin de questionner, remettre en lumière nos habitudes et permettre de cheminer vers une pratique plus saine, moins contrôlée, plus naturelle ; moins imaginée, plus spontanée.

PS : si le contenu du texte surcharge de trop votre système nerveux… ne lisez pas tout d’un coup, vous avez le temps. ^^

POUR RAPPEL : mon expérience

Évidemment, ce qui suit est mon avis, ou plutôt, au-delà du seul avis, ce qui suit est mon expérience. Elle est élaborée par les différents chemins d’apprentissage parcourus, pour ainsi comparer par le vécu plutôt que par des projections mentales. Elle est également confirmée par le retour d’expérience d’autres professeurs plus expérimentés et du savoir transmis de génération en génération. Sans oublier l’expérience obtenue par l’observation et le retour des élèves ou élèves d’autres enseignants.

Donc si des informations vous interpellent, ne m’en voulez pas, ce n’est pas dramatique. 🙂 Je crois que personne n’a raison sur qui que ce soit, tout simplement car :

« Il n’y a pas de raisons, que des interactions. »

Autant se relâcher. Questionner à l’intérieur, questionner nos enseignants respectifs (en étant cool avec eux), et pratiquer pour connaître.

L’art est subtil, il n’est jamais facile pour un enseignant d’avoir une vue globale. Même si mon expérience s’appuie sur un quotidien de 9 ans d’entraînement et de recherche intensive. Bien que j’ai conscience des nombreux progrès installés, l’harmonie des émotions/pensée, la libération des tensions, etc. Je reste un bébé du Qi Gong. 🙂

Il n’est jamais évident pour un enseignant de retourner à l’essence de l’art. Pour ceux qui en font le chemin cela nous demande une grande énergie dans la constance. Pour remettre en question nos certitudes et continuer à installer les qualités de la pratique dans notre Corps. En concordance, et en reconnaissance de ceux qui nous facilitent le chemin par leurs transmissions.

LE QIGONG

Qi Gong, l’art des Souffles. Ou plutôt, la qualité des Souffles. Ne désigne pas une discipline, une gymn, un art, mais plutôt la qualité atteinte à mesure de la pratique. Nous obtenons un meilleur Qi Gong, une meilleure qualité passive de nos Souffles (même lorsque l’on ne fait rien, stabilisé, au quotidien).

Le même Gong que dans Kung Fu / Gong Fu, qui représente l’accomplissement de l’être. Wushu est le terme correct pour désigner les arts martiaux.

FAUT-IL FAIRE DU QIGONG POUR ETRE EN BONNE SANTÉ ?

Non pas vraiment. Vous pouvez remplacer Qi Gong par : faut-il faire du Yoga, des séances de Kiné, courir, etc. Évidemment cela pourra contribuer à être en meilleur santé (et encore c’est un terme qu’il faudrait définir…).

Il me semble bon de rappeller que derrière le terme générique de Qi Gong se pratique des choses très différentes. De la gymn « douce » plus ou moins enseignée avec respect de l’anatomie en mouvement, des pratiques énergétiques, nourrissières, purgeantes, sportives, alchimiques, imaginatives. Etc.

De mon expérience, des activités comme le Qi Gong & le Yoga sont en réalité bien trop complexes vis à vis des harmonies du quotidien que nous recherchons.

Personnellement, je crois que la part la plus importante n’est pas dans ces petits moments consacrés à des activités que nous FAISONS, mais dans tous les autres moments du quotidien où nous VIVONS. Style de vie, habitudes d’être, habitudes de pensées, habitudes alimentaires…

Nourriture alimentaire certes, mais surtout au sens très large : quels sont les sons, les images, les activités qui nourrissent notre être ? … De quoi nous bâtissons-nous ?

Ne sous-estimez pas ces apports, le mental peut certes minimiser, mais le Corps lui, il prends.

Vos pratiques consistent elles à vous donner plus d’énergie pour continuer à vivre ce qui n’est pas vous ?
 

Une dysharmonie dans notre quotidien, donc pouf je fais une heure de ceci pour équilibrer. Cela est mieux que rien certes, mais la démarche de penser ainsi nos actions nous est elle si bénéfique ?

Une solution ponctuelle ne pourra jamais être une solution pérenne. Au mieux une aide pour épauler les changement mis en œuvre à notre rythme… Ou pour le dire en rime:

Nous pratiquons pour continuer à nous déglinguer plus longtemps dans nos quotidiens ? Ou pour épauler les changements vers un quotidien plus sain ? 🙂

Vous voyez cette distinction est un des points les plus primordiaux, à mes yeux, pour la pratique des arts corporels-énergétiques-spirituels.

Les loisirs, les divertissements… Dans nos comportements, la manière d’entrevoir & de faire les choses, cela n’entraine t’il pas au final une forme de dissociation ?

→ Cohérence, congruence, concordance, (appelez cela comme vous voulez) → union…

EST-CE QU’ON PRATIQUE LE QIGONG OU ART SIMILAIRE POUR AVOIR + DE QI ????

Oui et non.

C’est un des pièges des arts énergétique : envoyer plus d’énergie dans un corps tendu & stressé peut se révéler contre-productif, voire même dangereux. Cela peut amplifier l’état de stress et les troubles liés.

« Avoir + d’énergie » + de QI, comme on dit, ne fait référence qu’à une partie du puzzle. C’est souvent trompeur de sentir plus d’énergie. En général cela fait référence à l’aspect Yang de l’énergie, très active. On oublie le Sang, l’aspect Yin du QI, ainsi que le JING (l’essence vitale)…

Cette énergie Yang, qui dynamise, est très lié au système nerveux, majoritairement habitué aux comportements type fuir & combattre.

Si le système nerveux n’est pas préparé, cela augmentera les tendances présentes. Ce qui peut être une étape normale de la pratique, si elle est bien encadrée et prenant en compte l’ensemble de l’équation. Ce qui n’est quasiment jamais le cas.

Les disciplines étant souvent aussi compartimentées qu’un produit vendu en supermarché. 😀 Avec le mélange d’huile spécial séniors, le mélange spécial jeunes actifs, etc.

Dans toute pratique énergétique il y a des mesures de sécurité mises en place en amont. Je ne parle pas de « protections », d’astuces et autres subterfuges imaginatifs, mais d’une transformation du corps pour qu’il reste harmonisé quelles que soient les situations et sans action de notre part pour qu’il le reste.

Mettre en mouvement le Qi disponible dans le corps (en plus généralement avec contrôle et trop d’intention), cela sans aucune (ou trop peu ou non adéquate ou trop superficielle) préparation du corps. C’est à dire sans transformer le corps pour avoir un physique apte à la pratique. Un corps de nageur n’est pas le même qu’un corps d’alpiniste… Cela revient à injecter plus d’énergie, plus d’eau dans des tuyaux enmélés et perçés à plusieurs endroits.

Résultat, système nerveux surchargé, trop d’énergie qui monte à la tête et au coeur, des centres énergétiques déjà de base surchargés.
 

Cela stressera, épuisera d’autant plus les reins et petit à petit brulera le Yin, nos réserves, notre vitalité (JING), et donc notre capacité à être en bonne santé.

Cela augmente aussi les troubles ou en font apparaitre, maux de tête, insomnies, acouphènes, vertiges, flash de lumières, d’images, voix, etc.

J’aurais tendance dire que c’est plus flagrant chez les enseignants d’arts énergétiques vus qu’ils pratiquent plus souvent que leurs élèves. Mais chez les sportifs intensifs, on peut aussi retrouver des symptômes similaires ou simplement avec le surmenage.

Par la pratique ou évènements de vie…. parfois de super sensations ou « pouvoirs » peuvent apparaître, résultant de cette surcharge du système nerveux. Entrainant des expériences psychologiques trop teintées par la sphère mentale-émotionnelle, en un effet hyper-sensible énergétique.

La spiritualité est stabilité.

Ce n’est pas la même chose.

Un peu plus loin dans le texte nous aurons l’occasion d’y revenir.

PS : faites des pauses dans le texte, ne vous grillez pas des neurones par ma faute. 🙂

QUELQUES DÉFINITIONS

Chaque tradition a son vocabulaire. L’important c’est d’obtenir un modèle conceptuel, si possible le plus proche possible de la source. Pour éviter les simplifications réductrices qui pourraient entraver au final le mouvement (moi je suis feu moi je suis terre, moi je suis plus yin… moi j’ai tel maladie, quand on est vieux c’est normal d’avoir ça, etc.)

Le but guider efficacement notre chemin pour progresser vers soi. La théorie (dont l’étymologie est « contempler ») est là pour nous éviter les pièges de la pratique…

Donc le QI : les souffles, les mouvements, a une qualité informationnelle. D’où le fait de capter des informations extérieures lorsque nous sommes trop sensibles à cette « fréquence radio » qu’est le QI, ne réussissant plus à se focaliser sur une autre fréquence radio comme celle du physique par exemple. Cela surcharge nos sens, et fatigue…

Le JING ! C’est l’essence vitale, l’huile dans la lampe, l’ensemble des processus vitaux. Il est composé de JING INNÉ donné à la naissance et qui s’épuise à mesure de vivre, JING ACQUIS par la nourriture/respiration/repos.

Le JING INNÉ c’est un peu nos réserves, on en a plus, c’est la fin de vie.

D’après la médecine chinoise traditionnelle, il n’est pas possible de recharger le JING INNÉ, d’après l’alchimie interne bouddhiste-taoïste oui c’est possible. Qui a raison ? Les deux visions sont justes dans leurs contextes. Par l’expérience on dépasse ces batailles de « moi je sais mieux que toi. » et on en sort moins stressé. ^_^

Pourquoi je vous parle du JING et en quoi il est primordial de connaître cela pour la pratique ?

Car on ne peut pas mobiliser sans arrêt son QI sans JING. Cela vaut hors pratique des arts énergétiques. Si vous êtes tout le temps dans le mouvement, même si cela dynamise ponctuellement, vous épuisez votre vitalité.

Parfois la pratique du Qi Gong peut fatiguer. Soit le relâchement libère la sensation de fatigue que l’on bloquait. Soit nous avons besoin de recharger la batterie avant de remobiliser tout cela.

Le JING est beaucoup lié aux reins (n’oubliez pas les glandes surrénales et leur relation au stress…)

De quoi vous nourrissez-vous ? Vos nourritures sont généralement stressantes ? (j’inclue les films à adrénaline, la violence, colère, peur, ou les « plus belle la vie » hihi)

La santé des Reins ? Qu’est-ce qui les blesse ?

  • Les laisser sous stress mental-émotionnel trop longtemps. Trop de fuir & combattre.
  • Trop/pas assez d’activités. Dans quel état d’épuisement ou dormant est le corps ?
  • Trop de manipulations énergétiques, avec contrôle, intentions, imaginations.
  • Trop de stimulations sexuelles, physiques ou même mentales (images)

Fatigue des reins ? Par exemple : Problèmes aux genoux, lombalgies, mémoire déficiente, problèmes auditifs, besoin fréquent d’uriner, acouphènes, anxiété, crises de paniques (Il n’y a plus « d’eau » pour tempérer le « feu » du coeur…) etc.

Que faire ? Regarder avec compassion notre mode de vie et nos habitudes du quotidien. Se reposer, respirer…
 

Si les reins sont épuisés, mobiliser le Qi fatiguera d’autant plus. Cela vaut aussi pour aller faire un footing. Même si cela dynamise sur le moment. Si en permanence on ne voit qu’un bout de l’équation, on finit en burn out… 🙂

QUE FAUT-IL FAIRE ?

Justement peut-être qu’il ne faut pas faire. Plutôt commencer à ôter les couches que de chercher à compenser.

Prenez la métaphores des aliments de mauvaise qualité, pour pallier à un aspect peu agréable ou une texture non satisfaisante, les industriels y ajoutent un autre produit, pour compenser. Cet autre produit entraine certainement un autre problème donc il faut en ajouter un autre pour compenser encore. Et on finit avec une chimère qui n’a rien de fabuleux pour notre santé.

Ensuite vient les trois fondements :

HARMONISER LE CORPS / HARMONISER LA RESPIRATION

HARMONISER LE MENTAL-ÉMOTIONNEL

Le SONG GONG (prononcer « Soune » et Gong comme Qi Gong). La qualité de relâchement qui apparait à mesure de certaines pratiques dont l’écoute de la respiration.
Elle fait partie des fondations primordiales à bâtir dans le corps pour une pratique saine, plus proche du naturel, et surtout, en sécurité.

Il s’agit de libération des tensions, non pas d’un simple relâchement passager ou de finir mou comme un spaghetti trop cuit. Al dente voilà se qu’on recherche : l’élasticité. Trop de relâchement, de mollesse finirait par affaiblir le corps, le QI ne pourrait plus se mobiliser.

L’écoute de la respiration est une pratique transformatrice du Corps. Elle contribue à préparer le corps & l’esprit en lui apportant l’harmonie nécessaire. Nous permettant de nous ancrer sans effort (sans avoir à le faire), de mobiliser notre Qi sans s’épuiser, ni se disperser, ni brûler. Elle prépare le système nerveux.

La vrai respiration abdominale est un ancrage, une mesure de sécurité pour permettre à l’énergie de redescendre. Pour désengorger nos centres émotionnels & mentaux. Pour pouvoir s’élever sans s’envoler, ni se perdre dans les cieux.

Même si FAIRE des respirations abdominales fait beaucoup de bien. Ce n’est pas ce dont je parle ici.

« Vider le cœur (et la tête), Remplir le ventre »
comme dirait Lao Tseu

Un vide permettant d’accueillir, de clarifier, de rayonner, d’être.

Pour ces raisons j’ai choisi de beaucoup (pratiquer) et enseigner cet aspect de libération des tensions. Le SONG GONG permet au sytème nerveux une bonne connexion, car non comprimé par les muscles. Afin ne pas se trouver surchargé/bloqué à mesure qu’il devient activé, plus performant grâce à la pratique.

LES SENSATIONS ÉNERGETIQUES

Il est normal pendant la pratique de commencer à ressentir et à conscientiser divers phénomènes « tactiles », différentes sensations. C’est la manière pour le corps de traduire ce qui se passe énergétiquement.

Il y en a 8, ils sont connus sous le terme de Ba Chu : Chaud, froid, légèreté, lourdeur (attraction vers le sol), excitation, tremblement resserrement des tissus, ouverture/relâchement des tissus. Chacun d’entre eux à une signification.

Lorsqu’ils apparaissent parlez en à votre enseignant, au cas où. Il pourra (ou pas) vous expliquer, vous rassurer, car en général c’est anodin, et vous conseiller, vous indiquer où vous en êtes.

Ces manifestations sont passagères. Si elles s’installent, parlez-en, car il y a quelque chose à aiguiller. Par exemple : ne pas se sur-attacher à ces manifestations (ou à tous autres manifestations), ce n’est pas la pratique, ce n’est pas un signe d’accomplissement à rechercher ou à essayer de renouveler. Comme le fait de chercher la chaleur à chaque fois sous prétexte que ce soit agréable. Ou autre…

Parfois d’autres sensations particulières peuvent apparaître et sembler assez incroyable. Néanmoins toute sensation a tendance à se normaliser. Pour donner un exemple, entendre battre son coeur c’est chouette, l’entendre battre à tue tête 24h/24 cela deviendrait gênant. Si cela reste très fort, presque tout le temps, il manque certains fondements à la pratique.

LES DISHARMONIES ÉNERGÉTIQUES

Notre présence et donc notre énergie vont en général davantage vers la tête et le cœur que dans le bas-ventre.

Nous avons plus de facilité à faire monter de l’énergie dans la colonne, à nous stimuler, qu’à laisser redescendre, vers le bas, vers l’intérieur, afin d’infuser toutes les couches de notre corps.

La pratique inverse cela. Même si pour le faire, elle passe parfois par des étapes où l’on va stimuler davantage (ponctuellement). Encore une fois, dans un contexte global, guidé, cela prends son sens.

De base, nos habitudes vont dans le fuir & combattre. C’est normal, nous y sommes tous à différents niveaux. C’est notre point de départ et la pratique transforme cela.

Mais… si nous sommes trop dans le fuir & combattre, à réagir de manière stressante à notre quotidien, avec un corps épuisé (qu’on le sente épuisé ou non), cela va être contre-productif vis à vis de la pratique. D’où l’importance d’assainir le quotidien si l’on veut aller dans la profondeur de l’art, ou juste pour être bien. ^_^

Plus le système nerveux est stimulé plus il contracte, plus il verouille, plus ça stagne, plus il amplifie différents symptômes. Cela peut amener acouphènes, maux de têtes, chaleurs, rétractions & raideurs musculaires, etc.

Lors des pleines lunes, il y a encore plus de Qi et de Sang vers le haut du corps. Naturellement, cela va augmenter les contrastes en quelques sortes, et révéler de manière plus flagrante différents troubles. Plus de jus, plus de réaction, tout simplement. Ce n’est pas notre faute, c’est physiologique !

Nous avons néanmoins la responsabilité de prendre soin de notre physiologie si nous voulons savourer pleinement la beauté de la vie.

CONCLUSION

Voilà, ces quelques pistes qui reviennent toujours mettre en lumière l’importance de l’anodin, de notre quotidien, sur le spectaculaire de nos activités ponctuelles.

On ne peut pas pratiquer n’importe quoi, n’importe comment, sous prétexte de créativité. N’oubliez pas qu’il existe une physiologie de l’énergétique. Nous ne choisissons pas que le ciel soit bleu, pourtant il l’est. (en général ^_^)

J’ai conscience que dans ce que j’ai écrit ici, il y a évidemment beaucoup qui pourrait être nuancé suivant la réalité des contextes. Beaucoup qui pourrait être précisé. Mais cela nécessiterait d’écrire plusieurs livres !

Prenez le temps de relire, il y a des phrases qui ne sont pas placées aux hasards. Comme :

BOUGER POUR ÊTRE EN BONNE SANTÉ ?
S’ANIMER POUR CULTIVER SA VITALITÉ.

LES PRATIQUES NE FONT PAS LA PRATIQUE, ILS NE SONT QUE DES OUTILS, LE FUEL POUR PERMETTRE & FACILITER LA TRANSFORMATION DE NOTRE VIE.

SE TRANSFORMER = DÉLIER NOS SCHÉMAS.
Guérir des dissociations.

2 Comments on “FAUT-IL PLUS D’ÉNERGIE, + DE QI ?

Nathalie Forterre
18 juillet 2020 chez 8 h 19 min

Hello Max

merci pour tes précieux éclaircissements : je me reconnais très bien dans toutes les erreurs du sur investissement ou de la sur enchère du bouger pour aller mieux et au final se retrouver au tapis 🙁
Se mettre en mode économique : c’est très compliqué à accepter pour moi …. surtout quand on est accro à l’adrénaline de la course à pied 🙁
Merci pour tes écrits qui guident et tes cours de Qi Gong : je reviens à la rentrée ☀️✅

Répondre
Maximilien
18 juillet 2020 chez 8 h 58 min

Merci Nathalie. Mentalement c’est en effet difficile à accepter car nos choix sont fait pour nous aider. On se confond en pensant que les remettre en question revient à remettre en question l’attention qu’on s’est porté. Par l’expérience d’ajuster son quotidien, d’investir du coté des pratiques nourricières, cela permet de retrouver l’activité sans en être abimé. D’une certaine manière nous sommes même davantage actif car nous le sommes dans la constance. 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En raison de la crise autoritaire, le Renouveau est en pause hivernale.
Merci de votre compréhension et place aux vidéos !
Courage & clarté d'esprit. Maximilien

Voir les Vidéos
X myStickymenu