Tai Chi Chuan

Art martial intitulé la « Boxe du faîte suprême », « boxe avec l'ombre ». Traduction étymologique : « boxe de la polarité suprême ».

Présentation

Le Tai chi chuan met en application les principes du Qi Gong, dans des cas pratiques de contacts physiques (avec une personne réelle ou simulée).

Son apprentissage se fait au sein de différents éducatifs. Ils permettent de rechercher et de vérifier la justesse des placements,  d’en exprimer la puissance dans le mouvement, lent dans un 1er temps.

Il existe plusieurs chorégraphies, dont la forme des 108 mouvements. Elle allie bien-être et martialité. En effet, chaque placement est une stimulation des méridiens et des viscères associées. La dynamique du mouvement est animale et non sportive. Elle consiste en des massages et étirements permanents, évoluants dans le mouvement et un espace volumétrique. Sans forcer, sans se blesser

La chorégraphie est un terrain de jeu, au delà de la mémorisation, de nombreux principes et intentions sont pratiquées. Enracinement, synchronisation, respirations, fluidité, etc. Les mouvements qui la composent n’ont rien d’hasardeux ou de lyrique, il y a du sens derrière chacun d’entre eux. Au sein des cours, chacune de vos questions pourra s’illustrer de multiples réponses sur les différents plans qu’ils développent.

Art martial non-violent, le Tai chi chuan offre un enracinement au quotidien améliorant la confiance en soi. Un plaisir à se mouvoir et une sécurité par la disponibilité du corps à se déplacer en accord avec sa physiologie. Cet art permet d’exprimer la puissance corporelle, quel que soit notre âge ou notre gabarit.


La martialité

Aujourd’hui, le Tai chi chuan n’est plus utilisé sur les champs de bataille (qui ont bien changé de forme…). Néanmoins, la martialité est nécessaire pour conserver l’essence de cet art et le réalisme de ses mouvements.

Pour le plaisir du jeu, pour grandir de ce contact avec l’autre (l’adversaire = l’autre versant de nous-même).

Apprendre à préserver sa vie et celle de l’autre. Rester dans un état méditatif, positionné au centre de son ossature, même en situation de stress ou d’agression. Autour de notre axe, prêt à réagir avec conscience et sans mouvement précipité, sans perte de contrôle.

Les Tuishou (poussées des mains)

Ils ont une grande place pédagogique. Simulation de contact dans une durée prolongée, ils permettent de  développer la qualité du relâchement tonique et l’écoute des mouvements de l’autre. Pour rester dans le dialogue.

Faire glisser l’adversaire plutôt que contrer brutalement. Chercher une puissance en douceur plutôt qu’une force d’agression. Une philosophie qui s’incarne concrètement dans les principes corporels mis en place.

Même pour ceux ne souhaitant pas développer la martialité, la répétition à deux permet de donner du sens aux gestes, de mieux les comprendre et assure des progrès plus rapide dans la chorégraphie.

ico-zen3
Sobriété et efficacité du mouvement

Un minimum de dépense d’énergie pour un maximum d’efficacité. Le corps entier est utilisé pour dégager de la puissance. Le muscle est détendu mais reste tonique, à nouveau disponible pour distribuer le mouvement.

ico-yinyang
Précis comme une horlogerie
Le Tai Chi Chuan demande une précision chirurgicale. Un placement corporel minutieux respectant ses lois et sa mécanique dont l’architecture osseuse. Il s’appuie sur la connaissance de l’anatomie en mouvement afin de pratiquer sans s’abîmer.
ico-goutte2
L'art de la répétition

Une pratique personnelle régulière est requise. Tout comme avec un instrument de musique, il convient de répéter à la maison pour en mémoriser la mélodie. La pratique du Tai Chi Chuan est exigeante mais elle thésaurise de nombreux bienfaits.

Les cours de Tai Chi Chuan 2017-2018

Lundi

/
/


18h30 à 19h40
Tai chi chuan

Mardi

10h20 à 11h30
Tai chi chuan


/
/

Mercredi

9h00 à 10h10
Tai chi chuan


18h30 à 19h40
Tai chi chuan

Jeudi

10h20 à 11h30
Tai chi chuan


/
/

Vendredi

/
/


17h10 à 18h20
Tai chi chuan